Les lieux: Rongy


Rongy, petite bourgade non loin de la frontière française entre Tournai et Saint-Amand-Les-Eaux, tire son nom des buissons épineux qui couvraient le sol de la région. Elle fut répertoriée en 1201. La commune de Rongy est surtout connue parce qu’elle fut l’une des premières qui furent libérées des envahisseurs allemands par la Brigade du colonel Piron, en 1945.



Rongy fut pour de nombreuses familles françaises protestantes un signe de salut lorsque pourchassées par la vindicte catholique, elles furent obligées de quitter le sol natal pour se réfugier au-delà des limites du pays. A l’époque, Tournai était sous le joug de la Hollande. La garnison installée dans la ville était composée de soldats dont la plupart étaient protestants. Les exilés furent accueillis et purent assister aux offices au sein même de Tournai.



Le village de Rongy a toujours appartenu à une baronnie du Hainaut, la famille de Roisin. L’histoire retient le nom de Roisin. Lors de la première croisade, en 1096, le Baron de Roisin, maître de Rongy, accompagna Godefroid de Bouillon pour libérer Jérusalem et le tombeau du Christ du joug des Turcs. En 1812, la famille perdit l’un de ses membres sur les champs de bataille. Le sous-lieutenant de cuirassiers François-Joseph-Léopold-Marie-Antonin de Roisin servit l’Empereur et se coucha parmi tant d’autres dans les plaines près de Polotsk en Russie. Son corps fût ramené et inhumé en l’église de Saint-Martin de Rongy parmi les membres de la famille. Dans l’église à gauche de l’entrée s’élève un obélisque à la mémoire des Roisin.



En 1818, Rongy adopta les armoiries de la famille de Roisin. En 1976, lors de la fusion des communes, elle fut rattachée à Brunehaut.



© Loïc


Recherche sur le site