Les lieux: l'île d'Elbe: sur les pas de Napoléon (3) - I Mulini.


À la recherche d’une demeure résidentielle à son goût, Napoléon visita plusieurs endroits qui pourraient se transformer en palais. Comment et pourquoi Napoléon arriva-t-il à fixer son choix pour les « Mulini » ?
Une chose est certaine cet endroit est magnifique, la vue est imprenable et arrive jusqu’au continent qui bleuit l’horizon à 10km de l’île, le calme y règne, mais il y a aussi la possibilité d’observer chaque navire qui entre ou qui sort de Portoferraio.

Lorsque Napoléon fit l’acquisition des « Mulini », les lieux étaient bien différents de ceux que l’on peut visiter actuellement Ils se composaient de deux pavillons à deux étages raccordés entre eux par un corps central d’un seul étage. L’édifice du XVIIe siècle servit comme palais du prétoire ainsi qu’ aux bureaux de la chancellerie, mais également comme demeure pour l’auditeur du gouvernement. Après le transfert, vers 1790, du juge ainsi que du prétoire à la « Biscotteria », le « Mulini » devinrent la demeure des commandants du génie et de l’artillerie.

Connaissant le goût pour les belles choses et pour l’architecture, on ne s’étonnera pas que des travaux importants furent rapidement entrepris afin d’ajouter un étage sur le bâtiment central. Le but était d’y créer un grand salon..
Napoléon lui-même supervisait les travaux et on dit qu’il fit monter sa tente militaire dans le jardin pour être omniprésent sur le chantier pour tout contrôler et pourquoi pas modifier les plans présentés. En trois mois les travaux furent terminés et l’on put, alors, remarquer un grand va-et-vient de bateaux chargés de meubles et bibelots. Ces navires venaient de différentes villes toscanes, aussi de France mais, surtout de chez Elisa la sœur de Napoléon.

Le premier étage préparé pour recevoir l’impératrice qui ne vint jamais, fut ensuite destiné à accueillir Pauline et à Madame Mère. Cependant, Madame Mère voulant vivre indépendante, à sa façon et avec son personnel, chercha une autre résidence. Pauline resta un certain temps aux « Mulini » et il semblerait que ce ne fut pas triste.




Quelques coins du jardin.






Vue du jardin vers le « Forte Stella » et son phare.






Vue plongeante sur les « Mulini » depuis le phare.









Page 1 - page 2 - Page 3 - Page 4




© Diana.



Recherche sur le site