STDE: le maréchal Brune


Le château et la tombe du maréchal Brune



Le 25 juin 2011, la délégation Ile-de-France du Souvenir Napoléonien a organisé une sortie à Saint-Just-Sauvage où se trouvent le château ayant appartenu au maréchal Brune, ainsi que sa tombe, qui est également celle de son épouse.

Nous fûmes reçus d'une manière fort conviviale, devant une délicieuse collation, par les actuels propriétaires du château, qui a subi de très nombreux remaniements depuis le Premier Empire.

Ensuite, ce fut un grand moment d'émotion. Nous nous sommes rendus au cimetière pour nous recueillir sur la tombe du maréchal Brune, sauvagement assassiné, le 2 août 1815, à Avignon pendant la Terreur Blanche. Nous eûmes également une pensée émue pour son épouse qui se battit comme une lionne pour que justice soit faite.

Après un déjeuner des plus sympathiques, nous nous rendîmes aux monuments des batailles de Montmirail, Champaubert et Vauchamps, et ce après avoir écouté avec attention la passionnante conférence de Natalia Griffon de Pleinville sur le maréchal Brune.

Cette belle journée se termina par une visite des extérieurs du château d'Etoges qui a appartenu à la belle famille du maréchal Lannes, les Guéhéneuc. Cet édifice est devenu un hôtel.




Le château du maréchal Brune à Saint-Just-Sauvage.



Voilà ce qui reste de la porte historique (côté intérieur des remparts) par laquelle le Maréchal est entré dans la place Crillon, et par laquelle son corps a été jeté au Rhone, à 150m. ( d'Hautpoul. )



( d'Hautpoul. )



Cave du château de Brune dans laquelle fut mis le cercueil du maréchal Brune après son rapatriement.
Le cadavre du Maréchal dériva sur le Rhône.
Trouvé par un paysan sur une des rives du fleuve, vers Arles, le corps est enseveli.
Peu de temps après la Maréchale le fit déterrer et transporter dans son château.



La tombe du maréchal et de son épouse.



Dans un salon de la mairie de Saint-Just-Sauvage avant le pot très convivial.



Le chateau d'Etoges qui a appartenu à la belle famille du maréchal Lannes







© La Bédoyère



Recherche sur le site