Les lieux: Bailén


Bicentenaire de la bataille de Bailén - les préliminaires.




En ce dimanche 5 octobre 2008, la petite ville de Bailén fit revivre un évènement qui bouleversa, il y a deux cents ans, certaines pages de l’Histoire en donnant à ce lieu, une place importante dans sa propre histoire.

Ce fut le 19 juillet de 1808, que cette petite ville de l’Andalousie va connaître des combats sanglants, non seulement dans ses champs et ses vignobles, mais également dans ses rues. Ce ne furent pas uniquement les militaires et les groupes de volontaires qui y prirent part mais tout un peuple défendant sa terre. Les villageois hommes et femmes, les paysans et parfois des étrangers appuyés par des groupes de cavaliers andalous eurent eux aussi une part importante dans l’issue de cette bataille.

Les températures de ce mois de juillet 1808, déjà tôt matin frisaient les 45ºc à l’ombre. Encore fallait-il la trouver, cette ombre bienfaisante ; vignobles bas et oliveraies n’en sont guère prodigues. La soif se fera rapidement sentir et la recherche d’un point d’eau difficile et dangereuse. Cependant Bailén possède de l’eau en abondance grâce à une « noria » qui l’alimente. Cet endroit stratégique sera âprement défendu par les villageois.

N’ayant rien à envier aux températures qui sévissaient en ce temps là, les mois d’été sont toujours caniculaires et pour cette raison, les reconstitutions de la bataille de Bailén, seront programmées pour se dérouler en des périodes plus clémentes. En 2007 ce fut au mois de mars avec un gentil 31ºc, et, celle de 2006 et du bicentenaire en 2008 au début d’octobre, avec un thermomètre fidèle aux 32ºc de la journée.

Le lieu où se déroulera, à partir de 11h30, la troisième reconstitution de cette fameuse bataille, se trouve collé à la ville. Le terrain est vallonné, un peu en cuvette, et laissant apparaître une herbe encore rare. Toute la zone est entourée de grosses cordes soutenues par des piquets de bois, indiquant au public d’environ 10.000 personnes les limites à ne pas dépasser. Des tribunes situées sur les parties plus élevées permettent d’accueillir quelques centaines de visiteurs.

C’est vers 10h30 que le terrain s’animera par quelques membres représentant la cavalerie espagnole ayant pour tâche de vérifier les points stratégiques, de contrôler les éventuels visiteurs indisciplinés et ensuite d’indiquer aux participants les places qu’ils devront occuper pour le bon déroulement de la reconstitution.

Vers 11h les groupes des participants avec armes et bagages commencèrent à défiler et prendre leurs positions.

L’artillerie espagnole et l’artillerie française arrivèrent en tête suivies par les différents groupes français et espagnols d’infanterie et de cavalerie. Au milieu du champ la reproduction de la « noria », but de nombreuses attaques pour se procurer de l’eau. Lorsque tous les participants furent en place la présentation protocolaire des drapeaux français et espagnol eut lieu suivie d’une « petite salve de canons» annonciatrice du début de la reconstitution.






Page 1 - page 2




© Diana.







Recherche sur le site